Zied Lasram se pose encore une fois à la galerie Kalysté
du 7 au 28 mars pour son exposition personnelle, mais
cette fois ci en version Blue Mood, loin de ses couleurs
terre et rougeâtres.
Peintre Tunisien parmi les plus remarquables de la
génération post-École de Tunis, ses travaux ont une nette
influence expressionniste.
Le travail qu’il nous présente cette fois reste fidèle à la
destruction visuelle de l’image et sa dégradation.
Cet aboutissement hybride, entre la puissance du dessin
et une gestuelle où la pulsion de la ligne noire génère une
écriture unique, nous transporte encore une fois dans un
monde à la frontière de l’abstraction.
Néo expressionniste, pour lui le sujet est un prétexte car
c’est le Process qui l’anime; Artiste visuel
multidisciplinaire, à l’aise sur les grandes surfaces, il utilise
des matériaux rapides et souples lui permettant de
donner libre court à un style puissant, gestuel et sensible
à la fois. Sa démarche a fait école et on parle aujourd’hui
d’un style Zied Lasram.
« Son monde bien délimité est plus qu’un prétexte à un
voyage intérieur qu’un rapport béat à un réalisme tiré du
quotidien. C’est par sa technique et la matière souveraine
qu’elle dégage, beaucoup plus que par le côté formel, que
Zied Lasram se démarque de la faune plastique.
A coup de papiers collés presque toujours récupérés, et à
coup de jets de peinture spectaculaires, il déconstruit puis
reconstruit strate après strate des icônes monochromes
souvent rougeâtres ou couleur terre, noyées dans un éclair
obscur irisé d’une subtile lumière surgie du néant.

Cette démarche plutôt abstractionniste se fait le reflet du
chaos originel et d’une obsédante quête de poésie. C’est
dans un élan intimiste, loin de tout tabou sociétal, que
Zied s’exprime et crée. Sa gestuelle limpide dessine un
étrange ballet qui gagnerait à être filmé. [..]
Son côté indépendant et rebelle fait qu’il a exposé dans
les meilleures galeries et participé aux principales
mouvances sans toutefois s’attacher, sans s’asseoir,
toujours à la recherche de l’insondable secret.
Notre ami est un oiseau nocturne, un voleur de feu, un
anar mystique qui loin de tout artifice s’est doté d’un
paradis terrestre où il ne cesse de chanter: “Le chemin est
connaissance! La vie est belle! L’art n’a ni avant, ni après,
c’est pour cela que mes œuvres ne sont jamais datées!”
Zied Lasram est un peintre – poète qui n’en finit pas de
nous étonner, de nous épater.” Mahmoud Chalbi, poète,
artiste photographe et agitateur culturel

“L’art n’a ni avant, ni après, c’est pour cela que mes œuvres ne sont jamais datées!”

Author

Write A Comment