aaa(2).png

Gérald

Di Giovanni

avec une approche
unique et une passion fougueuse

Gerald di Giovanni est né le 03 novembre 1968 , à Villefranche sur Saone , près de Lyon dans le Beaujolais. Apres une préparatoire et un 1er cycle à l’Ecole d’architecture de Lyon, il intègre la prestigieuse Ecole Nationale des Arts visuels de La Cambre à Bruxelles, en section peinture. De retour dans sa ville natale en 1994, il y installe son 1er atelier, et de nombreuses activités connexes à la peinture lui permette de developper un art, légèrement à contre-courant sans contraintes financières. Dessinateur de presse, dans les tribunaux, fresquiste, professeur d’Arts appliqués au Lycée, illustrateur pour de grandes marques et éditions ( Orangina, Schweppes, l’Arganier), il commence à exposer au marché de la création de Lyon et noue de nombreuses amitiés artistiques. En 1997 est organisée sa 1ère exposition dans le village médiéval d’Oingt, et reçoit, le 1er prix « espoir » de la ville d’Aix en Provence. En 1998 il est invité d’honneur de la ville de Saint Remy de Provence. Il reçoit en 2000, le prestigieux prix Paul Ricard des jeunes talents, qui lui permet d’exposer dans célèbre galerie de Bendor. De 2000 à 2004 il expose en exclusivité dans la galerie de La Chimère à Saint Remy de Provence. En 2005, il fonde, soutenu par des partenaires financiers La Nouvelle Académie, une école de peinture basée sur une méthode de couleurs déposée ( la méthode des 2 palettes), et obtient la certification de centre de formation. En 2007 il revient en Tunisie pour la 2ème fois, pays qui a vu naitre son père et son grand père , et grâce à un riche échange de rencontres avec des acteurs culturels Tunisiens, il décide de developper ces échanges en prenant la présidence de l’académie Orientaliste. De nombreux workshops, stages et expositions se succèdent jusqu’à la révolution du jasmin en 2011. En 2012, il décide de s’installer en Tunisie, pour prendre le temps de son propre travail. En 2013 il accepte le rôle de curator pour l’Académie Orientaliste, qui sera une grande exposition au palais Khereddine, musée de la ville de Tunis, rassemblant des artistes de tout le berceau Méditerranéen. En 2014, il s’installe à la Goulette, quartier festif des Tunisois, réputé pour ses tolérances communautaires , qu’on pourrait nommer capitale internationale de l’amitié. Il y travaille depuis, en dispensant encore quelques cours et expose en France ( galerie des amis des arts, Aix en Provence). Sa dernière exposition en octobre 2021, est organisée galerie Saladin, a Sidi bou said…

exposition
formation

du même artiste